Un royaume en dérive, un conflit entre humains et sorciers et une disparition mystérieuse. Trouverez-vous votre place à Corona ?

 
Le Deal du moment : -53%
[Lot de 6] MIXA BEBE Gel très doux 2-en-1 corps ...
Voir le deal
21 €

Partagez
 

 how long (w/ daniel)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★

how long (w/ daniel) Empty
MessageSujet: how long (w/ daniel)   how long (w/ daniel) EmptyLun 4 Déc - 10:00

how long

ft. daniel + selma

D’un regard attentif, j’observe les arabesques translucides se former à la surface du seau d’eau que vient de ramener Helga. J’étire un sourire, appuyant mon doigt pour que l’eau devienne entièrement solide, formant un bloc de glace. Je m’écarte, l’air innocente lorsque ma chère mère vient prendre le seau afin de verser son contenu dans la marmite. Le bruit sourd qui résonne au fond me fait éclater de rire et j’affronte les mirettes contrariées d’Helga, « tu n’as pas autre chose à faire que de m’embêter, Selma ? » Mon visage remue de gauche à droite, un large sourire amusé et elle soupire en levant les yeux vers le ciel. Mon rire envahit notre petite masure, alors qu’elle rouspète sur ma sale manie de l’escagasser à longueur de journée. « Tu préfères que je te laisse seule ? » « Non, bien sûr que non. Mais tu me connais, ma jolie, je suis une femme ronchonne. » J’approuve d’un mouvement de tête et d’un rire, me levant de mon siège pour venir l’aider à verser les légumes pour la soupe du dîner. « Comment te sens-tu aujourd’hui, Helga ? » Elle ne répond rien, sûrement pour ne pas m’inquiéter, mais je le vois bien à son teint blafard et ses demi-cercles violacés sous les yeux qu’elle n’est pas au meilleur de sa forme. « Tu devrais regagner ta couche, je m’occupe du dîner et je t’apporte ça directement au lit, d’accord ? » Elle ne refuse pas, signe évidemment de sa souffrance cachée. J’observe sa silhouette amaigrie par la maladie qui s’éloigne jusqu’au rectangle en bois, au fond de la pièce derrière un pan de peau. Je laisse mijoter les légumes dans l’eau chaude, je sors à l’extérieur pour prendre une bûche de bois sous le petit porche à gauche de notre masure, puis je viens le placer sous le chaudron, dans les braises. Je m’assois, mirant sans vraiment le voir, l’âtre de la cheminée et notre futur dîner. Je songe à ma vie, à ce qu’il se passera si Helga trépasse, je ne me sens pas encore prête à rester seule et me construire ma propre vie. Je ne maîtrise pas totalement mon pouvoir, il m’arrive encore de l’échapper lorsque mes émotions sont trop fortes. Au bout d’un moment, je me redresse pour aller renifler les effluves qui s’échappent du chaudron et j’étire un sourire, prenant une assiette creuse. Helga a les yeux fermés, lorsque j’arrive près d’elle en déposant son repas sur le bord de la table. Je viens toucher son front, plus chaud que d’habitude, et je m’empresse d’aller fouiller dans ses affaires pour concocter rapidement un mélange d’herbe afin de faire baisser la fièvre. « Helga ? » Elle ouvre les yeux et je lui tends la petite concoction qu’elle boit avec un sourire, lorsqu’elle a reconnu l’odeur. « Merci Selma, tu deviens une vraie guérisseuse, tu vois… » Mes lèvres s’étirent légèrement, même si le cœur n’y est pas. « Est-ce que tu veux que j’aille chercher un autre guérisseur ? Je ne sais pas quoi faire d’autre Helga, j’ai tout tenté pour ton mal. Mais rien n’y fait, tu continues de souffrir, d’avoir de la fièvre, de tousser… » Elle attrape ma main, me priant de me calmer, que parfois, on ne peut pas vaincre la maladie. « Mais si, on peut toujours… » Elle soupire, fermant les yeux en mentionnant sa fatigue et je l’abandonne pour aller manger. Je me couche avec un point au ventre, cette situation n’est pas évidente. Que Klaus ne s’étonne pas si mon pouvoir m’échappe, ces jours prochains, parce que je suis bien trop inquiète par la santé d’Helga pour parvenir à me concentrer sur autre chose. Au matin, je retrouve Helga assise devant le feu et une couverture sur les épaules. Je viens me placer à genoux devant elle, mes mains sur ses cuisses pour mirer son visage. « Qu’est-ce que tu vas faire si je meurs, Selma ? » « Ne parle pas comme ça Helga, tu ne vas pas mourir. » Elle baisse les mirettes vers moi, un sourire au coin des lèvres et prononce encore ses bonnes paroles. La mort attrape tout le monde, même ceux qu’on aime. « Arrête, je ne veux pas entendre ça ! » « Ne reste pas seule, Selma. Tu es une personne qui a besoin de compagnie, même si tu prétends le contraire. Retourne auprès de ton père. » « Je n’en ai pas. » « Retourne auprès de Daniel, ne reste pas seule. » « N’en parlons plus, s’il te plait. »

C’est l’unique raison pour laquelle je me retrouve actuellement sur ce grand pont en pierre, débarquant à Corona afin de retourner auprès de Daniel, mon géniteur. Je suis une jeune femme obéissante, je sais que c’était la volonté de ma mère d’adoption. Et je veux qu’elle puisse reposer en paix, sans se demander si son enfant aura obéi, si son enfant sera auprès de son père ou si au contraire, elle se retrouvera seule. Mon regard se pose par moment sur Charles, alors que nous marchons à côté de son cheval. Notre voyage s’affiche clairement sur nos vêtements, sur nos visages tirés par la fatigue. Encore un peu de marche et nous y serons enfin, je vais revoir pour la première fois le visage de mon père après douze ans d’absence. Est-ce qu’il ressemble encore à l’homme que j’ai en tête ? Est-ce que l’homme que j’ai en tête est mon père, aussi ? Douze ans, c’est si long. Sept ans que nous n’avons plus aucun contact, que c’est le silence absolu de mon côté. Il est inutile de se poser toutes ces questions, Selma, alors que tu es aux portes du royaume de Corona. Tu ne peux plus faire marche arrière maintenant, donc s’il ne t’accepte pas, tu t’imposeras. C’est ton père, c’est son devoir. Convaincue par mes encouragements mentaux, ma démarche devient plus rapide et affirmée moins anxieuse. « Je pense que… le temps que je rencontre Daniel, il ne vaut mieux pas que tu sois là. Sait-on jamais, il pourrait refuser de me parler et je… préfère être seule pour l’affronter. » Je tourne mon regard vers Charles, « j’ignore quelle va être sa réaction, il m’a peut-être oublié ? Après tout, je suis persuadée qu’il ne voulait pas de moi, sinon pourquoi aurais-je grandi à Arendelle, loin de lui ?! » Charles accepte ma décision, stipulant qu’il ne sera pas loin au cas où et j’étire un sourire, hochant de la tête. Son chemin s’arrête pour lui, alors que je continue à marcher jusqu’aux portes du château. Je frappe contre la lourde porte en bois, replaçant ma capuche sur mon crâne et j’affronte le visage qui apparaît : « Je souhaite m’adresser au Capitaine. » « Qui le demande ? » « Selma Rhys, sa… fille. »

by beraberel
Revenir en haut Aller en bas
Ellerina Blumenthal
STAFF ~ administratrice
Ellerina Blumenthal
★ Moi j'ai un rêve ! ★
MESSAGES : 1178
INSCRIPTION : 02/03/2017
AVATAR : Adelaide Kane
how long (w/ daniel) 1522934588-tumblr-nll2q31hez1qiyullo7-250

STATUT : Bientôt mariée, c'est du moins ce que souhaiterait son père. Mais Ella n'a pas l'intention de se faire passer la bague au doigt de si tôt !
CAMP : Neutre
MÉTIER : Elle fait partie d'une des familles les plus nobles du royaume, elle ne travaille pas, voyons !
HUMEUR : Changeante. Elle peut se montrer charmante comme détestable selon son bon vouloir.
COMPÉTENCES / POUVOIRS : Ellerina est capable de produire des flammes dans le creux de sa main et de les projeter autour d'elle. Lorsqu'elle se concentre, elle peut aussi agrandir un feu qui brûle déjà ou les flammes des bougies.
AVIS SUR LA DISPARITION DE LA PRINCESSE : Elle ne portait pas Eleanora dans son cœur mais la disparition de cette dernière l'inquiète tout de même. Maintenant que la sécurité du royaume est à nouveau menacée, Ellerina redoute une seconde Purge.


ÉNERGIE:
how long (w/ daniel) Left_bar_bleue100/100how long (w/ daniel) Empty_bar_bleue  (100/100)

how long (w/ daniel) Empty
MessageSujet: Re: how long (w/ daniel)   how long (w/ daniel) EmptyLun 4 Déc - 18:34


And I'll take the blame if it is for your sake
No turning back on what you can't save
« Je ne comprends pas. » Daniel esquissa un sourire fatigué. « Oh, au contraire Helga, je crois que tu comprends très bien. » « Je crois... je crois que tu vas le regretter. Aujourd'hui, tu penses que c'est la bonne solution parce que tu viens de traverser une épreuve indescriptible mais ce n'est pas en te séparant de ta fille que tu pourras aller de l'avant. » Bien sûr, Helga essayait de le raisonner. Douce et patiente Helga, toujours capable de trouver les bons mots pour apaiser et guérir. Mais pas cette fois-ci. Aucune de ses belles paroles ne pourraient soigner le trou béant qu'il avait au niveau de la poitrine.  « Tu crois vraiment que je le regretterais quand Selma aura été arrêtée ou pire, tuée, parce qu'elle est la fille d'Adela ? Elle n'est qu'une enfant mais si elle a hérité des pouvoirs de sa mère, alors elle sera un jour interrogée par la garde. Et s'ils ont le moindre doute, ils lui feront subir le même sort que sa mère. Elle sera surveillée, traquée... Ce n'est pas cet avenir-là que je souhaite pour elle. « Alors, viens... Pars avec moi et emmène Selma avec toi. Arendelle t'accueillera les bras ouverts et tu recommenceras une nouvelle vie. »

(...)

Encore une mauvaise journée. Elles devenaient de plus en plus fréquentes ces temps-ci et cela avait une influence sur l'humeur du capitaine qui était aujourd'hui exécrable. D'abord, il avait été réveillé en pleine nuit parce qu'une noble était persuadée qu'un rôdeur s'était introduit dans sa chambre. Le problème était que la femme en question était coutumière du fait et alertait régulièrement la garde pour des bruits imaginaires. Mais cette fois-ci, elle avait refusé leur conclusion et avait copieusement les gardes et leur capitaine, en les traitant d'incompétents et de bons à rien. Il avait fallu calmer la vieille femme et rassurer ses voisins de chambre qui, réveillés par les hurlements, étaient sortis dans le couloir, mécontents. Pour apaiser les angoisses de la vieille dame et éviter un scandale, Daniel et ses hommes avaient dû monter la garde tout le reste de la nuit devant la porte de sa chambre ; cela l'avait calmé pour un temps mais la situation risquait de s'éterniser et la patience de Daniel n'était, elle, pas éternelle.
La mauvaise fortune s'était poursuivie le reste de la matinée lorsqu'il avait pris en flagrant délit un groupe de jeunes voleurs qui s'était introduit dans les écuries au petit matin pour dérober deux juments. L'un d'eux, n'ayant pas réussi à s'enfuir à temps, était devenu agressif et avait blessé deux de ses gardes. Lui-même avait récolté une coupure à l'avant-bras, rien de grave mais cela avait suffi à aggraver sa mauvaise humeur. Après avoir passé une soufflante à ses hommes pour avoir été négligents aux écuries, il s'était enfermé dans son bureau pour prendre une courte pause. La situation était de plus en plus tendue entre le palais et les habitants de Corona : il en venait presque à penser que le rôdeur de la nuit passée n'était peut-être pas si imaginaire que cela. S'il ne recrutait pas davantage de gardes, la protection du palais ne serait plus aussi efficace et ils iraient alors au devant des ennuis. Voilà les pensées qui tournaient dans sa tête tandis qu'il enroulait son bras blessé dans un linge à peine propre. C'était une mauvaise journée mais certainement pas la pire de sa vie alors il devait arrêter de...

Un timide coup à la porte interrompit sa rêverie. « Quoi ? » répondit-il sèchement tandis qu'un jeune garde pénétrait dans la pièce, le visage déconfit. Bon, que se passait-il encore ? « C'est... enfin... Je crois qu'on vous demande, monsieur. » « Ah ? Et qui donc ? » « C'est... c'est-à-dire que c'est assez délicat... » Daniel haussa les sourcils. Qu'est-ce que c'était encore que cette histoire ? « Délicat ou pas, je vous conseille de cracher le morceau avant que je ne perde patience. » « Une jeune fille prétend être votre fille, monsieur. »

En quelques secondes à peine, Daniel avala les quelques mètres qui le séparait de l'entrée du château sous le regard ébahi des gardes aux alentours. C'était impossible. Sa fille était en sécurité avec Helga, à Arendelle... Elle ne pouvait pas être ici, non, Helga ne l'aurait jamais permis de quitter le royaume comme cela ! Pourtant, la silhouette qui se dressait devant lui ressemblait en tout point à Selma Rhys. Même après douze ans sans voir son visage, il l'aurait reconnue entre mille. Ses longs cheveux noirs, les fossettes au coin de ses yeux, les mêmes yeux emplis de passion, comme ceux d'Adela... Paralysé par des centaines d'émotions contraires, il resta quelques secondes muet de stupeur, observant à quel point sa petite fille avait changé. « Tu es le portrait craché de ta mère. » Mis à part ses cheveux qu'elle avait hérité de son père, tous ses traits avaient été empruntés à Adela. Il mourait d'envie de la prendre dans ses bras, de la serrer contre lui comme il avait l'habitude de le faire lorsqu'elle était une enfant. Mais il lui semblait qu'un large fossé s'était creusé entre lui et sa fille unique et que rien ne pourrait jamais le combler. « Pourquoi es-tu ici ? Pourquoi avoir quitté Arendelle alors que tu y étais en sécurité ? » Il ne pouvait pas cacher le tremblement dans sa voix. Il redoutait ce moment depuis tant d'années... Le jour où elle viendrait réclamer des réponses, le jour où elle reviendrait à Corona et serait à nouveau en danger.

○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○ ○


She has the mindset of a queen and the heart of a warrior. She is everything all at once and too much for anyone who doesn't deserve her.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★

how long (w/ daniel) Empty
MessageSujet: Re: how long (w/ daniel)   how long (w/ daniel) EmptyMar 5 Déc - 9:44

how long

ft. daniel + selma

Le regard que me lance le garde est un mélange de surprise et d’hésitation, cependant, il finit par s’éloigner certainement pour aller prévenir le Capitaine. Je me retourne, inspirant une longue bouffée d’air notamment pour m’insuffler du courage à cette future confrontation. Je devrais être excitée, impatiente même et me languir de le retrouver, à la place de ça je suis anxieuse et inquiète. N’importe qui le serait, dans ma situation, j’en suis certaine. Quelle réaction dois-je adopter ? Est-ce que je me montre distante et inaccessible ? Est-ce qu’au contraire, je me montre plus tactile ? Ne pas avoir quelles sont ses pensées à lui, ses ressentis ne m’aide pas à me décider, encore moins à imaginer sa réaction. Je suis influencée par mes tergiversions durant les sept dernières années et elles ne sont pas très élogieuses à son égard. Calme-toi Selma, reste naturelle et telle que tu as toujours été. Une nouvelle bouffée d’air, mes paupières se ferment un court instant puis je me retourne en baissant mon capuchon pour attendre Daniel. Deux hommes reviennent, l’un que je reconnais comme le garde qui m’a adressé la parole et l’autre, dont le visage m’est vaguement familier. Je le mire, de son visage marqué par les années qui passent à sa tignasse brune. « Tu es le portrait craché de ta mère. » Mon corps se raidit et j’ai presque envie de hurler, mais je me contiens en n’exprimant aucune émotion en particulier. Rester impassible. J’aurais aimé pouvoir faire ce constat moi-même, me souvenir de comment elle était et avoir la joie de me dire qu’effectivement, je lui ressemble beaucoup. Mais on ne m’a pas laissé cette chance. Et je ne peux même pas me raccrocher à mon père, puisqu’il a décidé de m’envoyer loin de lui en ne gardant qu’un contact via des lettres. Quel homme ferait ça à son enfant ? À la chair de sa chair ? Celui qui est devant moi, à un détail près, c’est qu’il n’est plus mon père. « Pourquoi es-tu ici ? Pourquoi avoir quitté Arendelle alors que tu y étais en sécurité ? » Mon regard se tourne vers les gardes, alors que nous sommes restés à la porte et à la discrétion de tous. À cet instant, j’ai envie d’ouvrir la caisse des reproches, de cracher tout mon venin qui bouillonne dans mon ventre, mais Helga prime avant tout. « Helga est morte » répondis-je, affrontant ses mirettes brunes, « la maladie l’a emportée, il y a quelques jours. Elle m’a demandé de revenir vers toi, afin que je ne reste pas seule. » Le désir d’Helga commun au mien, même si elle voulait certainement que je sois auprès de mon père, moi je veux simplement des réponses pour construire mon avenir. J’ai droit à la vérité. « Je ne suis pas ici avec toute ma volonté, Daniel. » Mes mirettes quittent les siennes, une fois mes paroles prononcées pour se déposer sur les alentours. Ainsi donc, c’est dans ce royaume que je suis née et que j’ai vécu six ans ? Je ne reconnais absolument rien, pas même le château au loin. J’ai l’impression de revenir  chez moi, sans m’y sentir à mon aise. Elle doit être étrange, l’image que nous donnons à cet instant, père et fille avec une distance raisonnable entre nous, nous affrontant comme deux pics plantés sur place. Clairement, l’affection qui devrait nous étreindre s’est dissipée. Reviendra-t-elle ? A-t-elle seulement existé ? « C’était l’une des dernières volontés d’Helga, je compte bien lui faire hommage en la respectant. Est-ce un problème, Daniel ? Ou préfères-tu m’envoyer dans un autre royaume, à nouveau ? »

« Helga ? Pourquoi est-ce que je ne t’appelle pas maman comme d’autres enfants le font ? » Elle se retourne, s’approchant de moi et s’installant sur un fauteuil. Elle me fait un signe et je grimpe sur ses genoux avec un large sourire sur le visage. « Parce que je ne suis pas ta maman, Selma. » « Je sais, mais je ne me rappelle plus beaucoup de maman. » Ses doigts passent dans ma chevelure ébène, me provoquant quelques frissons à la naissance de mon crâne. « Tu ne pourras jamais l’oublier. Elle fait partie de toi, à jamais. Même si un jour, son visage commence à disparaître de ton esprit, tu n’oublieras jamais qu’elle a été ta maman et qu’elle t’a aimé du plus profond de son âme. » « Et mon papa ? » Helga baisse les yeux sur mon, touchant le bout de mon nez ce qui me provoque un rire, « ton papa t’aime aussi, avec toute la force dont il est capable. » « Alors pourquoi je ne suis pas restée avec lui ? » Durant un court instant, Helga hésite à me répondre. « C’est parce qu’il t’aime que tu te retrouves avec moi, Selma. Tu sais pourquoi tu es ici, il a beaucoup de responsabilités là-bas, à Corona. Pourquoi toutes ces questions ? » « Parce que… »

by beraberel
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
★ Moi j'ai un rêve ! ★

how long (w/ daniel) Empty
MessageSujet: Re: how long (w/ daniel)   how long (w/ daniel) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
how long (w/ daniel)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Lumières de Corona ::  Je veux entrer dans la danse ! :: ★ Les archives du royaume :: ★ Les rps terminés-
Sauter vers:  


Corona est de retour !
N'oubliez pas de vous recenser si vous souhaitez rester parmi nous.


Aidez nous à faire grandir le forum en laissant un message sur Bazzart ou sur PRD. Merci par avance !