Un royaume en dérive, un conflit entre humains et sorciers et une disparition mystérieuse. Trouverez-vous votre place à Corona ?

 
-53%
Le deal à ne pas rater :
[Lot de 6] MIXA BEBE Gel très doux 2-en-1 corps et cheveux – 750 ml
21 € 45 €
Voir le deal

Partagez
 

 Huit saisons loin de toi ♦ Skiesl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★

Huit saisons loin de toi ♦ Skiesl Empty
MessageSujet: Huit saisons loin de toi ♦ Skiesl   Huit saisons loin de toi ♦ Skiesl EmptyJeu 26 Oct - 1:23

Tu es de retour.

Cette vérité t'a frappé dès l'instant où tu as posé pied à terre en début d'après-midi. De nouveau à Corona, le royaume où tu es née, où tu as vécu, où tu es morte. Brisée le jour où il a perdu la vie, lui qui s'est écroulé sous tes yeux. Dix ans se sont écoulés depuis, pourtant tu as l'impression que la douleur ne s'arrêtera jamais, qu'elle n'a aucune limite. Comme une infinie torture, de celle auxquelles on s'habitue sans pour autant cesser d'en souffrir. L'impression d'être assaillie sans répit par de multiples poignards empoisonnés, de ceux qui visent ton cœur déjà meurtri par trop de pertes. Es-tu vraiment condamnée à être constamment abandonnée ?

Ton frère est parti lorsque tu étais enfant, dix ans à peine et il prenait le large, fuyant à travers les vagues des parents qui se moquaient bien de son existence. Il t'a laissée au milieu d'une mère trop stricte et d'un père absent, parce qu'à leurs yeux il n'était rien, même si au tien il était tout. Trop peut-être, parce que lorsqu'il t'a quitté tu as cru que tu ne cesserais jamais de pleurer. Et s'il revenait parfois, c'était uniquement pour toi, comme une preuve que pour lui tu comptais, et que tu étais bien la seule dans ce cas.

Puis ton père a disparu, très tôt lui aussi, trop à tes yeux parce que tu as finalement été élevée sous une seule autorité : celle de ta génitrice. Système matriarcale oblige, mais tu t'étais toujours imaginée que ton géniteur serait tout de même présent – vaste erreur. Tu as vite compris qu'il n'était là que pour faire joli, un pantin qui n'avait plus d'intérêt pour ta mère puisqu'à présent elle avait une fille à élever. Tu étais ce qu'elle voulait, et elle t'a eue – alors c'est sous son joug que tu as grandi. A ce moment-là tu as cru que c'était terminé, mais la vie a tenu à te rappeler que rien ne s'achève jamais comme on le souhaite.

Tomber amoureuse fut sans doute ton erreur la plus fatale. Celle d'aimer, aimer à en mourir, à en pleurer, à en perdre la raison. D'y croire du plus profond de ton âme, de lui dire oui, de devenir sa femme. T'as eu le malheur d'être heureuse, alors le destin a décidé de tout détruire. La Purge, non d'autant plus barbare qu'il décrit l'acte le plus monstrueux que tu aies jamais connu. La fin, sa fin – ta fin. Le jour où sous tes yeux il s'est éteint, contraint de t'abandonner par une destinée cruelle, lui qui t'avait promis l'éternité. Dix ans déjà qu'il t'a quittée contre son gré, tant de saisons que tu as passées brisée. Des heures à y penser, à regretter, à le pleurer. A chercher en vain une manière de faire ton deuil, avant de disparaître à ton tour, dévastée par cet ultime abandon.

Après plus de trente étés à revoir chaque jour en ouvrant les yeux le royaume où il s'est éteint, tu es partie sur un coup de tête. Personne ne pouvait te retenir, c'était une certitude, mais plus que tout personne n'en a eu l'occasion. Tu t'es évanouie sans rien dire, fuyant toutes tes responsabilités sans un mot, prenant la mer sans un regard en arrière. Parmi les vagues tu as disparu à ton tour, laissant à chacun l'occasion de le découvrir à son rythme. Perdue dans les méandres des océans, à t'arrêter sur des terres inconnues pour vivre une existence incertaine, tu avais pour seul espoir d'oublier. Cette volonté folle de noyer tes chagrins dans tant d'abus, de les effacer dans des étreintes chaleureuses, de les anéantir en voguant sur une mer instable. Un désir inatteignable, pourtant il t'a fallu huit saisons pour le réaliser. Huit saisons, et quelques étranges nouvelles.

Ta mère est sur le déclin, tu l'as su avant même de poser un pied à terre aujourd'hui. Trop de rumeurs courent sur l'eau pour que tu puisses les ignorer, et sans doute est-ce en partie pour cela que tu es revenue. Pour prendre la relève, ou bien pour dire adieu à cette femme qui t'a élevée. Une mère que tu aimes malgré sa froideur, parce que tu lui dois tout de ton éducation et de ton savoir magique, même si avec toi elle n'était pas des plus tendres. En permanence stricte et difficile à satisfaire, elle n'en reste pas moins celle qui s'est occupée de toi dès ta naissance, veillant à ce que tu deviennes une magnifique demoiselle, puis une splendide jeune femme. C'est ce que tu es aujourd'hui malgré ton cœur brisé, alors tu ne pouvais pas ignorer cela. Tu ne pouvais pas la laisser mourir sans rien faire, même si ce n'est que l'embrasser une dernière fois.

Si tu es, d'une certaine manière, revenue à Corona pour ta génitrice, une autre raison bien plus heureuse t'y a poussée. Le retour de Liesl sur votre terre natale t'a à n'en douter fait rentrer, parce qu'il est ton essentiel. Ton frère, lui qui te manquait tant après des saisons loin de lui, occupant tous tes songes lorsqu'elles n'étaient pas morbidement sombres. Et c'est à lui que tu as pensé dès ton arrivée. Le premier que tu voulais voir, le seul qui comptait. Ton essentiel.

Tu n'as pas vraiment réfléchi avant de lui donner rendez-vous, d'autant plus que tu l'as fait de la manière la plus étrange qui soit. C'est un passant que tu as interpellé sans grande gêne, sachant pertinemment qu'il ne pourrait te dire non si tu agissais de la bonne manière. Un simple message à faire passer, voilà tout ce que cette personne reçut de toi, sans compter un splendide clin d’œil qui le fit peut-être un peu trop rêver. L'espoir fait vivre après tout, même si pour cette fois aucun remord ne t'envahit.

C'est sur la plage de Corona que tu lui as donné rendez-vous, même si Liesl ne sait pas que tu es celle qui l'attend. Pendant un instant tu te demandes s'il va venir sans pour autant connaître l'identité de la personne qui cherche à le voir, espérant finalement que ce soit tout de même le cas. Plus que tout aujourd'hui tu as besoin de le voir, de te rappeler qu'il est là. Et tu attends dans un coin de la plage, les pieds nus dans l'eau glacée, et cet air nostalgique au visage. Jusqu'à ce que de loin tu l'aperçoives arriver, et que tu profites d'un instant où il ne bouge plus pour le contourner sans un bruit.

Son regard vagabondant comme s'il cherchait quelqu'un, il ne se doute pas que tu es là tandis qu'à pas de loup tu te glisses derrière lui. C'est là que tu poses tes deux mains sur ses épaules comme si tu le prenais pas surprise, de la même manière que vous le faisiez enfants en jouant à cache-cache. « J'ai gagné, » qu'tu lâches alors avec une joie immense dans la voix. Celle de le retrouver, au point que tu ne peux attendre plus pour entourer son torse de tes bras et le serrer contre toi, avant de murmurer. « Liesl... » Rien d'autre ne sort, parce que ta gorge se noue à cause de l'émotion. Le revoir après tant d'années – enfin. Tu as retrouvé ta moitié, ton essentiel, ton phare dans cet horizon si sombre. Tu es avec ton frère.
Revenir en haut Aller en bas
 
Huit saisons loin de toi ♦ Skiesl
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Lumières de Corona ::  Je veux entrer dans la danse ! :: ★ Les archives du royaume :: ★ Les rps terminés-
Sauter vers:  


Corona est de retour !
N'oubliez pas de vous recenser si vous souhaitez rester parmi nous.


Aidez nous à faire grandir le forum en laissant un message sur Bazzart ou sur PRD. Merci par avance !