Un royaume en dérive, un conflit entre humains et sorciers et une disparition mystérieuse. Trouverez-vous votre place à Corona ?

 
Le Deal du moment : -40%
-40% GARNIER Ma routine ultra doux avocat karité
Voir le deal
8.99 €

Partagez
 

 ¬ and I would have stayed up with you all night. ✵ eidel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★

¬ and I would have stayed up with you all night. ✵ eidel Empty
MessageSujet: ¬ and I would have stayed up with you all night. ✵ eidel   ¬ and I would have stayed up with you all night. ✵ eidel EmptyJeu 21 Sep - 2:42


and I would have stayed up with you all night

On m'avait chassé du royaume semblable à un indésirable. Mais n'était-ce pas ce que j'étais pour ces rois et ces reines ? N'étais-je pas plus un gêneur plutôt qu'un domestique fidèle ? Bien sûr que si. Et le pire dans tout ça, c'est qu'ils avaient demandé à mon père de me ramener près de la frontière. Ils avaient demandé à mon propre géniteur ! Comment avaient-ils pu oser faire cela ? Probablement l'avait-on mis à l'épreuve. Mais il ne méritait pas cela. Lui, il baissait le regard et courbait l'échine devant ses maîtres. Pas moi. Je n'avais fais la fierté ni de mes souverains ni ma famille. Je n'étais rien et bientôt, j'allais m'éteindre en territoire ennemie. Parce que c'est bien la vérité. Corona et Beaumont se trouvait en guerre et si un membre du petit peuple remarquerait ma présence irrégulière, ils feront probablement tout pour m'exterminer ou pour m'enfermer, pensant avoir affaire-là à un espion désireux de récolter des informations sur leur situation cocasse. Si je comptais me laisser faire cependant ? Non. Si je dois mourir, c'est debout, aucunement à genoux. Je n'avais pas fais tout ces efforts pour accepter docilement un destin injuste. J'étais prêt à me battre pour ma survie. Après tout, j'avais beau être un petit rebelle, cela ne voulait pas dire pour autant que j'étais bête comme mes pieds. Cela serait un comble pour un domestique de ma condition alors que les nobles se reposaient constamment sur notre petite personne ! Et le mieux dans tout ça, c'est que je suis un sorcier. Certes, je savais que je ne devrais aucunement abuser de mes pouvoirs, mais je pouvais au moins les user pour de bonnes causes comme... Me préparer un feu lorsque la nuit tombera et que je devrais me  protéger du froid ? Il ne valait mieux pas à ce que je tombe malade. Si je tousse, je me mets à cracher continuellement des flammes et ça, c'est pas bon pour rester discret. Et plus encore sur un territoire hostile aux êtres magiques. Fort heureusement, je me trouvais en forêt. Si rien ne pouvait me permettre de croire que j'étais à l'abris d'une potentielle milice, je préférais croire que les gardes préféraient certainement surveiller les lieux occupés comme les villages que de passer son temps à protéger les écureuils. Aussi, ce fut sans crainte que je parcourais les bois en quête de gibier, sentant les effets de la faim me tirailler l'estomac. J'aurais pu être sur mes gardes, mais ma survie me poussait à prendre des risques inconsidérables. Aussi je ne réfléchis pas d'avantage quand je perçus un ours d'une taille considérable au loin. Je m'étais même dis que la carcasse pourrait me rassasier pendant plusieurs semaines durant, attendant patiemment à ce que mes souverains finissent par me réintégrer chez moi. Rugissant à l'égard de l'animal dans un air de défi, la créature pris la décision de charger sans ménagement, bien consciente que je ne ferais certainement aucunement le poids face à elle. Mais elle se stoppa net lorsque je lui crachais mes flammes juste sous sa truffe, comprenant que le combat à mener serait bien plus délicat. Pendant longtemps, j'essayai donc de l'atteindre et de l'incendier, en vain. Elle-même donnait des coups de patte, manquant bien souvent de me mutiler la peau. Hélas, elle porta le premier coup la première, ce qui provoqua chez moi un cri terrible, accompagné d'une grimace. Elle pensait avoir l'occasion de porter une nouvelle blessure et peut-être m'achever, mais non. Sans prévenir, je crachais à nouveau mes flammes qui, elles aussi, l'atteignirent finalement avant qu'elle ne prenne la fuite, semblable à une boule incandescente. Zéro à zéro, on se retrouve tout les deux à égalité. L'un comme l'autre n'a pu savourer la chair de son adversaire, ressortant de ce terrible combat avec des blessures importantes. Remarquant les trois lignes rougeâtres barrant mon être, je finis alors par m'évanouir en plein milieu des bois. Allais-je sérieusement finir comme ça ? À cause d'un simple ours et non des humains ?

Pourtant, il semblerait que non. Quand je me réveille, je suis dans un lit confortable. Je crois être retourné chez moi, à Beaumont ; que tout ce que j'ai vécu ne sont finalement que des chimères, mais non. Une fille est là et je ne la connais pas. Bien que tiraillé par la douleur, je me lève d'un bond du lit et je la juge du regard... « - Qui êtes-vous et que me voulez-vous ?! ». Je suis comme un oiseau que l'on vient tout juste de piéger dans une cage. J'ai peur de ce qu'il pourrait m'arriver. Peur d'être en proie à une créature malveillante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
★ Moi j'ai un rêve ! ★

¬ and I would have stayed up with you all night. ✵ eidel Empty
MessageSujet: Re: ¬ and I would have stayed up with you all night. ✵ eidel   ¬ and I would have stayed up with you all night. ✵ eidel EmptyVen 22 Sep - 0:06

and I would have stayed up with you all night.
Eidel & Chrysippe

La jupe de sa robe est remontée jusqu’à mi-cuisse et est accrochée à la ceinture de lin attachée autour de la taille fine de la sorcière. L’eau ne lui arrive qu’au milieu de la jambe mais elle ne veut pas prendre le risque de trop mouiller son vêtement. Un peu plus loin, Pip nage à toute vitesse, revient de temps à autre auprès de sa maitresse avant de repartir aussi vite qu’elle est venue. Eidel est occupée à ramasser des sangsues qui ont élu domicile dans ce petit bras de la rivière et pour en attraper, il n’y a pas énormément de possibilité à part de servir soit-même d’appât pour les petites créatures. Il ne faut que quelques minutes pour que les sangsues ne viennent s’agglutiner sur les jambes délicates de la sorcière. Il lui faut ensuite les retirer, opération délicate. Assise dans l’herbe, une très fine spatule de cuivre dans la main, elle glisse la lame plate de l’outil entre sa peau et la bouche des sangsues pour ensuite les récupérer dans un bocal de verre rempli d’eau et d’un peu de vase. Ses gestes sont rapides et assurés, l’opération, elle la connait par coeur; la pratique depuis de nombreuses années. Les petites créatures serviront l’apothicaire ; certaines seront réduites en poudre tandis que d’autres seront utilisées pour faire ce qu’elles font de mieux : sucer du sang. Eidel referme le pot de verre, le remet dans sa besace de cuir et récupère de quoi nettoyer les petites plaies qui constellent la peau pâle de la brunette, d’ici quelques jours, elles auront disparu.
Pip sort brusquement de l’eau, ses petites oreilles dressées et l’oeil vif, ce qui attire l’attention de sa maîtresse. Elle veut tendre la main vers elle pour la caresser mais cette dernière part en courant. Ah non, pas encore ! Eidel bondit en balançant sa besace sur son épaule et court derrière le petit animal.

« Pip ! Reviens ! Où vas-tu encore !? »

La loutre s’arrête net, couine en sautillant sur place et Eidel jette un coup d’oeil à ce qui peut bien la mettre dans un tel état.

« Oh ! »

L’apothicaire sort des buissons, se dépêche auprès du corps inanimé de l’homme qui gît dans son sang. Elle s’agenouille, attrape un poignet à la recherche d’un quelconque pouls. Il est faible mais il est bien là, heureusement ! D’un regard observateur, elle fait un rapide bilan des blessures qui sont visibles, il faut stopper le flot rouge qui s’échappe de la poitrine de l’home ou sinon il ne tiendra pas bien longtemps. Son matériel à disposition n’est pas adapté à une blessure de cette gravité ; il lui faudrait des compresses propres mais tout ce qu’elle a eh bien… C’est sa jupe. A l’aide d’un canif, elle déchire le bas de sa robe dont elle se sert pour enserrer la poitrine de l’inconnu. Il ne vient pas du village, car même si elle n’y met que peu souvent les pieds, Eidel saurait reconnaître les visages de tous les habitants. Il faut le ramener chez elle afin de lui prodiguer des soins plus importants, un examen plus approfondi. Le retour jusqu’à la petite maison sera un peu difficile, Eidel ne brille pas par sa force physique et sa petite taille ne lui facile pas réellement la vie. Ah ! Si seulement Oz avait été là, il aurait pu l’aider à transporter le blessé jusque dans sa chambre.

***

Les plaies ont été nettoyées, recousues et pansées. Les draps souillés de sang changés et les vêtements déchirés de l’inconnu entièrement lavés puis rapiécés. Eidel a pris grand soin de surveiller l’homme comme l’on surveillerait le lait sur le feu, craignant qu’il n’ai perdu trop de sang pour s’en sortir. Mais à mesure que les heures passent, il reprend un peu de couleur, son organisme se remet des multiples blessures, vraisemblablement causées par un ours. Elle est installée sur son rocking-chair, un livre dans les mains et Pip sur ses genoux. De temps à autre, la sorcière lève les yeux de son ouvrage pour s’assurer de l’état de son patient, rien ne bouge. Elle s’approche de lui pour venir le faire boire lorsqu’il ouvre finalement ses paupières ; qu’un premier contact réciproque s’établit enfin. La jeune femme fait un peu en arrière, notamment face à l’homme qui bondit hors du lit, comme un pauvre fou. Elle dépose le verre d’eau sur la petite table de chevet, lève ses mains en signe d’apaisement.

« Ssshh calmez-vous, vous avez été lourdement blessé, faire des gestes brusques ne fera que vous causer du tort. »

D’un geste de la tête, elle lui désigne son torse bandé par ses soins. Le pauvre peut également remarquer qu’il est aussi nu qu’un nouveau-né. Forcément, il fallait bien qu’Eidel l’examen entièrement pour s’assurer qu’il n’avait pas d’autres blessures puis la nudité, elle ne s’en est jamais formalisée.

« Je vous ai trouvé dans la forêt, inconscient et en train de vous vider de votre sang. Je suppose que cette situation doit être stressante mais il faudrait que vous vous rallongiez. »

Pip s’approche de l’étranger,  renifle ses pieds avant de sauter sur le lit, comme si elle essayait de convaincre l’homme de la rejoindre.

« Je m’appelle Eidel, elle c’est Pip. He sais que les gens ont tendance à se méfier de ceux qu’ils ne connaissent pas mais vous pouvez me faire confiance. Tout ce que je souhaite, c’est vous aider. »
Revenir en haut Aller en bas
 
¬ and I would have stayed up with you all night. ✵ eidel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Retreat [DVDRiP]
» [RS] Fright Night [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Lumières de Corona ::  Je veux entrer dans la danse ! :: ★ Les archives du royaume :: ★ Les rps terminés-
Sauter vers:  


Corona est de retour !
N'oubliez pas de vous recenser si vous souhaitez rester parmi nous.


Aidez nous à faire grandir le forum en laissant un message sur Bazzart ou sur PRD. Merci par avance !